• Habillée d'une robe de tafta, Anne

    Habillée d’une robe de tafta et d’un collier de perle, je m’en vais nourrir les poules.

    Parée de mes cheveux blancs de vieille dame, de mon sourire d’enfant et de ma baguette magique en forme de cuillère, je m’amuse à nourrir le monde de perle de sagesse.

     

    Car oui

    je suis une femme sage,

    une chamane des temps nouveau…qui le vaut bien !

    une sorcière à talon,

    une cocotte parmi les poulettes.

     

    J’aime mes cheveux blancs témoins de temps passés, des expériences acquises, des épreuves surmontées.

    J’aime mon sourire enfantin, témoin de la beauté inaliénable de mon âme lumineuse.

    Quel panache d’être grand mère !

     

    Je peux tout me permettre maintenant que je n’ai plus rien à prouver…à me prouver.

    Je suis une vieille femme. J’ai tellement vécu de vie. J’ai rencontrée tellement d’épreuve et de joie, que aujourd’hui, au seuil du grand passage, j’ose la dérision, la liberté et l’innocence.

     

    Je n’ai qu’à vivre, rire et danser.

    Je m’affranchie des codes, ose le décalage, écoute la pulsion de vie en moi.

    Je suis une femme libre.

     

    Paris, 25 septembre 2011

     

  • Pour V., Marc

     

     

    Pour l’anniversaire de V.

     

     

     

    Je suis, cheminant,                  

     

    Dans la lumière de mes 60 ans,

     

    Majesté debout,

     

    Allant sans trêve,

     

    Tenace et fière.

     

    C’est l’Homme que je cherche,

     

    Dans sa splendeur et sa richesse.

     

    Tel un aimant, j’attire,     

     

    Les chercheurs de sens et les désemparés de la vie.

     

    L’excellence est ma vision,

     

    Pour l’Homme, debout, qui vient.

     

     

     

    Le 9 novembre 2011

     

  • Combats, Marc

                                               Combats

     

    Tonnerres de dieux,

    Flots écumants,

    Rochers abrupts,

    Tourbillons aspirants,

    Lointaine est l’île où reposer mon âme.

     

     

    Fils de Neptune,

    Lesté de mon poids d’Homme,

    J’affronte en hurlant,

    Ces tempêtes vengeresses.

     

    Qui pourra me noyer ?

    Qui pourra me vaincre ?

    De tous les combats, je sortirais vainqueur,

    Je le sais, je le sens.

     

    Je suis l’Elément dans les éléments déchainés,

    Je suis le gardien de la sérénité,

    L’intériorité est mon épée et mon refuge,

    En l’Amour seul mon âme se repose.

     

     

     

    Le 9 novembre 2011.