03/07/2013

Je suis du blanc léger - Florence, Bruxelles

Je suis du blanc léger sur du noir profond

Je touche de mon bec fragile la joue du taureau insolite

Deux cornes sacrées assurent mon élan

Je suis une forme en mouvement, je cours plus vite que l’antilope ou je vole

en accompagnant les courants

 

Je nage dans une flaque qui devient océan

 

Je suis des cœurs tendres, qui se cachent, qui se dévoilent

Je suis un entrelacs de formes vagabondes

Je suis deux êtres pour un seul regard

Je suis une variété de blanc, je miroite les couleurs alentours

Je suis un envol étrange, suspendu par mes ailes

 

Je suis les interstices, les petites lignes indéfinies et prometteuses

 

Je suis le contour humide qui mélange avec surprise

Je suis la ligne noire, discrète, celle qu’on n’attendait pas

Je suis bleu dans le fond, rouge écarlate, grise changeante

Je suis un jardin de plantes aux hauteurs différentes

 

Je suis le contraste tranchant, la ligne claire

 

Je suis des couleurs tendres, la lumière comme support

Je suis le halo, l’aura scintillante

 

Je suis un animal végétal en constante transformation

Je suis une forme qui en devient une autre, c’est mon mouvement

Je suis ce « E » de plumes qui m’interroge

Je suis une courbe tranquille devant une pointe acérée

Je suis la petite abeille en dessous, dans le bleu enveloppant, débordant

 

 

Florence, Bruxelles

avril 2013

09:12 Écrit par Marie Milis dans Autolouanges d'ici | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.