Je suis l'oeil circulant - Michèle, Paris

 

Je suis l’œil circulant en coulée voluptueuse sur la soie des visages, attardé un instant sur l’hésitation du pas.

Je suis l’éclat qui s’insère au cœur du tissage, entrelacée d’azur et d’ambre en boucles nacrées.

Trace déterminée à marquer mon sillage, je fuse en bleu.

 

Point à point, je suis ouvrage façonné au plus près de ma trame, avancée de perfection artisane, je suis bal ouvert aux chants du monde.

 

J’endosse un a un tous les rôles, arlequine en négatif, je suis cousue de l’une, de l’autre, de celle qui s’expose, de celle qui sommeille, de celle qui, en écho, retient le fil du temps et je goûte ma déambulation dans le monde.

 

Arbre de vie, je suis tresse d’amour, en délicatesse, à souffle suspendu, je suis l’infime caresse qui soulève l’entrée du jour.

 

Je suis levée d’aurore au cœur de ceux que j’aime, mes sauts de novices sont éclosion de rires, mes gestes de savoir enlacent les essais qui bourgeonnent sous mes pas.

 

Je suis semence, grain à grain.

 

D’effusion de vie, en valse avec l’éternité, j’ourle mes œuvres du velouté de mon essence, le piquetement de ma danse sur le pavé signe mon nom.

Je suis la marque du passage, en éclats d’or.

 

Je suis l’alliance d’airain forgé au bleu du cœur.

 

Tremblement du désir, assise du pouvoir, je suis dualité en corolle de granit, effleurée par le vagissement de l’éveil.

 

Aguerrie aux chemins de traverse, je suis l’arpenteuse des voies nouvelles.

 

Ma capuche en bannière, je chante mon avancée.

 

Michèle à Profondeville, avril 2013

Les commentaires sont fermés.