Autolouanges 2 formation Saint-Didier, Anne Gravier juillet 2013

 

Je suis feu qui jamais ne s’éteint.

 

Flambeau porté vers l’avant ou chandelle en prière,

 

j’éclaire noblement les traversées les plus sombres,

 

révèle au passage mille couleurs contenues et cachées.

 

Je suis main et protège la flamme sacrée des brises et des ouragans.

 

Vigilance resserrée,  je suis écoute des invisibles.

 

Je délivre le monde de certitudes insensées.

 

Large et ouverte, je suis berceau des confiances accueillies,

 

j’apaise les eaux des lacs profonds,

 

j’y baigne les respirations entravées.

 

Je suis quiétude du geste juste.

 

Je reçois éblouie la lumière qui émane d’un trésor sans prix.

 

 

 

 

 

Née de régions protégées qui m’apprirent à marcher,

 

je suis danse devenue.

 

Je suis saut d’obstacles infranchissables,

 

chute de gouffres abyssaux,

 

redressement de cascades vers le ciel.

 

Je suis glissement sur les sols noyés de mes douleurs,

 

arrêt recroquevillé et protecteur d’un royaume intérieur.

 

Envol, ma danse entraîne dans sa ronde des milliers

 

d’éclats lumineux.

 

Mon pas révèle des joyaux colorés.

 

Je suis spirale descendante et montante

 

pour ne rien oublier.

 

Mes voiles ont traversé les épreuves du feu,

 

un à un consumé.

 

Nue, sans artifice,

 

je suis axe qui mène à la chambre du Roi.

 

 

 

 

 

 

Enfant des hautes notes, je tiens en mes mains le trésor enfoui.

 

Entourée de voix amies soutenant le ciel, j’ouvre les scellés,

 

et, dans un couffin de notes, de pierres et d’âmes épousées,

 

je suis cri de nouveau-né.

 

Je troque mes silences résignés et solitaires dans le plus grand

 

des vides-greniers.

 

Bras ouverts, ébahie,

 

j’accepte la symphonie des harmoniques célestes.

 

Sept et une à la fois, je suis chandelier de partitions sacrées,

 

hydre inventeuse de beauté, traqueuse de notes partagées.

 

Je suis retrouvaille des chants oubliés.

 

Les commentaires sont fermés.