20/07/2015

Pascale, formation Saint-Didier juin 2015

Les fontaines salées

Je suis femme entogée marchant lentement sous le soleil de midi

Je suis calme bruissement des tissus s’effleurant

Je laisse vêtement et nom

Je me glisse dans l’eau bienfaisante, je suis l’eau régénératrice, maternante

Je deviens tétard, poisson

Je suis évasion je m’écoule de bassin en bassin, je serpente et renaît en fontaine salée émergeant des pierres démontées

 

J’abreuve ma propre soif, je suis source jamais tarie, soif jamais étanchée, je suis soif de vivre, dispersion aux 4 vents de mes possibilités

 je suis rage de gâchis, j’engendre amertume

Je suis tristesse, je suis larmes de femme égarée, je suis larmes de ma mère, je suis Marie-Madeleine

 

Avant de recevoir le collage

Je suis émotion, larmes montent de ma sources intérieures, je suis larmes inconnues et profondes

Je suis peur d’ouvrir la porte

Je suis hantise d’enfance perdue au fond d’abîmes raisonnables

 

Avec le collage

 

Je suis enfance amusée, insouciance composée

Je suis princesse rêvée de rideaux habillée, je suis contes de fées, château dans ma tête, escalier en colimaçon

Je suis parole bavarde arrêtée par le carcan

Je suis lutteuse de liberté, imaginaire débridé enfermé

Je suis exploratrice de l’inconscient libérateur et révélateur

Je suis temps passé, devenir d’enfance, avenir questionné


Autolouange à partir du collage et de la photo de quelqu’un

Je suis la terre, je suis le ciel, je m’ancre au firmament terrien, j’orchestre la marche secrète du monde, je ressens tous les êtres

Je suis réponse à appel des profondeurs de la terre et du ciel

Je suis éléments : je suis terre racines prises dans le magma originel, je suis air pensées reliées à la voute céleste je suis eau ruissellement de pluie de mousson, je suis feu brasier brûlant et purifiant

Je suis arc-boutée à la vie, je m’ancre à la terre, je suis le coquillage à son rocher, je suis promesse de vie, j’entre en résonance, je suis la vie immédiate et inexorable.


Anagramme, collage, autolouange

 

Je suis femme d’une lignée sacrifiée sur l’autel du devoir

Je relève le défi

 

Je suis chance donnée et volée, je suis persévérance d’aller où je veux sans retenue j’avance inexorablement sur le chemin sinueux de ma vie, je suis randonneuse de l’extrême, je vais là où je dois sans guide

Je suis pionnière familiale de contrées intérieures inconnues, je suis porteuse d’espoirs déçus, de désirs impossibles, de colères interdites

Je suis téméraire de sentiers inédits, de lieux interdits

Je suis esprit libre de nouvelles connaissances de rencontres improbables

Je suis navigueuse aux longs cours

Je suis Antigone délivrant Iphigénie

Je suis libératrice de chaînes invisibles prouvant mon amour filial indéfectible.

Amen

 

 À partir d’une carte et d’un objet insolite, l’autolouange pour moi c’est :

 

Je suis grain de folie tintinnabulant dans mon esprit

Je suis intériorité révélée, sensible

Je suis trace, je suis trappeur déterminé remontant la trace de mon âme lentement, patiemment

Je suis émergence sacrée

Je suis ancêtre et filiation, je suis lien de parenté universelle

Je suis plongeuse, chercheuse de trésor englouti au fond des mers

Je suis mots berceau, mots joueurs, mots guérisseurs.

18:05 Écrit par Marie Milis dans Autolouanges d'ici | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.