01/06/2016

Autolouange à Saint-Didier - Annelle Girard

 

Je suis l'isba joyeuse et rieuse, lovée au creux des bras d'eaux-vives, mes quatre habitants aux yeux d'azur sont lutins joyeux extracteurs de profondeur. 

À ma croisée, se rencontrent tous les chemins de l'être. Je tisse entre eux une étoffe aux fils de soi.

Je suis l'humble perdrix enfanteuse de lumière, la couveuse insensée de tous les avènements de l'âme nue et joyeuse. J'apporte à ceux que je porte une chaleur douce et constante, propice à l'éclosion de la singulière universalité qui les habite. J'accueille sous mon aile toutes les naissances de l'âme en un cri de joie!

Je suis chants d'oiseaux messagers du cantique du soleil, cantique des cantiques, chant d'amour à l'amour.

Je suis touffeur de plumes où se blottir est bon, terrier matriciel de la conscience.

En mon architecture de pierres ancestrales humbles et sacrées, voûtes aux arcs boutants à la pointe des cœurs, je suis phare solide vers lequel convergent tous les navigateurs au long cours cherchant leur Atlantide, celle du dedans.

Je suis jungle de soi dans laquelle on chemine, suivant le canal qui mène à la source.

Je suis eaux insoumises charriant gaiement les scories du monde.

Je suis alchimie de verts, bruissement vivant du souffle créateur.

Je suis odeurs de feu, de bois et fumets des Dieux. De mon ventre-cuisine s'échappent des effluves de paradis...

J'accueille avec une humble générosité tous les pèlerins cheminant vers le solstice d'été du monde, tous les nomades en quête de sens, tous les réfugiés renonçant aux régions mortiferes de la mémoire.

Je suis le lieu où se détissent les robes de tristesse, où s'unissent et se tissent les habits de lumière des fiancées du Vivant.


11:21 Écrit par Marie Milis dans Autolouanges d'ici | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.