Je suis explosion, Cécile

Je suis explosion,

Je suis grenade, je suis rage, je suis transe, le cœur qui frappe, le poing qui cogne.

L’urgence.

Je suis réaction aux passages à l’acte.

Un jour d’orage en Dordogne.

Le tonnerre et sa foudre.

Je suis l’intruse par le bas, la gastroentérologue, suppositoire qui brûle,

Je suis Caca.

Je suis noix dans sa bogue, lavement expulsé,

L’attouchement divulgué…
 

Je suis salissure, je suis trace.

Je suis l’enterrement de la parade, l’inhumation des brimades, la fin de la Domination.

Je suis le hurlement de détresse, le cri qui demande caresse, le désespoir d’aveu, fin de passion.

Je suis forteresse, porté défoncée, la compresse qui se presse.

La cicatrice ouverte, la plaie désinfectée.

Je suis Grande prêtresse,

J’officie en chansons…

Je suis la guérisseuse du sordide,

La faiseuse d’anges qui délivre,

La suture en soie qui tient bien.

 

Je suis Nouvelle Déesse,

La blanche Vestale au teint pâle,

La purifiée de ses souillures, la Nouvelle virginité.

Je suis Pardon accepté,

Liberté de pouvoir aimer,

Chercheuse d’or un matin d’été,

Je suis temple où officier,

Hôtel pour adoration,

Clarté qui s’éveille au jour,

Lumière,

Moulin à prière,

Appel à l’Amour ;

L’immensité d’un moi-pardon,

Tout un continent résilient, collier de diamants,

Je suis le Don

 

Les commentaires sont fermés.