• Je suis chêne, Didier

    Je suis chêne. J’ai des tonnes de baisers cachés sous mon écorce, des nuages de caresses peints par mes branches. La tendresse est mon quotidien, le calme ma routine. Je suis l’île où elles peuvent se reposer, terre ferme, cocon éternel. Je suis boussole, gouvernail, vent, bouée, phare. Je suis leur présent, leur passé, leur futur. Je suis ombre discrète, chuchotement, fantôme, spectre bienveillant. Je suis immortel, j’ai plusieurs vies. Je suis torrent, ruisseau, fleuve. Je suis pelote de laine, offrant ses files perdus dans le vêtement.

  • Je suis explosion, Cécile

    Je suis explosion,

    Je suis grenade, je suis rage, je suis transe, le cœur qui frappe, le poing qui cogne.

    L’urgence.

    Je suis réaction aux passages à l’acte.

    Un jour d’orage en Dordogne.

    Le tonnerre et sa foudre.

    Je suis l’intruse par le bas, la gastroentérologue, suppositoire qui brûle,

    Je suis Caca.

    Je suis noix dans sa bogue, lavement expulsé,

    L’attouchement divulgué…
     

    Je suis salissure, je suis trace.

    Je suis l’enterrement de la parade, l’inhumation des brimades, la fin de la Domination.

    Je suis le hurlement de détresse, le cri qui demande caresse, le désespoir d’aveu, fin de passion.

    Je suis forteresse, porté défoncée, la compresse qui se presse.

    La cicatrice ouverte, la plaie désinfectée.

    Je suis Grande prêtresse,

    J’officie en chansons…

    Je suis la guérisseuse du sordide,

    La faiseuse d’anges qui délivre,

    La suture en soie qui tient bien.

     

    Je suis Nouvelle Déesse,

    La blanche Vestale au teint pâle,

    La purifiée de ses souillures, la Nouvelle virginité.

    Je suis Pardon accepté,

    Liberté de pouvoir aimer,

    Chercheuse d’or un matin d’été,

    Je suis temple où officier,

    Hôtel pour adoration,

    Clarté qui s’éveille au jour,

    Lumière,

    Moulin à prière,

    Appel à l’Amour ;

    L’immensité d’un moi-pardon,

    Tout un continent résilient, collier de diamants,

    Je suis le Don

     

  • Je suis la paix qui frappe aux coeurs, Cécile

    Je suis la paix qui frappe aux cœurs,

    Fenêtre ouverte de leurs demeures.

    Je suis le calme d’un village, le square à peu de passage, un endroit large, un tournant blanc.

    Je suis le silence d’une vacance, la présence dans un quartier qui paraît déserté.

    Je suis la gardienne des lieux, sirène rousse bien protégée. Je veille sur le bien confié, en équilibre.

    Je suis l’accueillante libre, les bras ouverts à ce qui vibre, à qui réconforter, serveuse de café frais.

    Je suis l’araignée dans la cave, de mes pattes longues, je marche sur les vins stockés, sur le passé.

    Je suis conservatrice du meilleur, attentive à laisser mûrir les chais entreposés.

    Je suis Arachné et sa toile, dans des lieux insoupçonnés, je tisse…

    Je me glisse dans les interstices, je découvre les manigances.

    Je suis la ré pareuse des plaies urgentes, je pose sutures aux blessés, je d désinfecte les écorchés.

    Je suis la réveilleuse du Cœur, la veilleuse des jours de guerre, la cave-abri  pour jours de pluie.

    Je suis havre pour bombardés,

    Lieu secret où se cacher,

    Mes bras ouverts pour s’y lover.

    Je suis dans l’odeur du moisi, champignonnière pour aigris, veilleuse tardive,

    Désenvoûteuse de cauchemars d’Autre rive

     

    Je suis passeuse vers l’Autre Là,

    Entre Ciel et Terre tout bas.

    Je suis femme dans toutes mes splendeurs,

    De ma rousseur, je brûle réchauffe, dispose, caresse et ose….

    Je suis fée et sorcière ensemble,

    Je transcende les apparences, je me ressemble, me rassemble,

    Accoucheuse d’âmes et de leurs transes.

    Je suis Puissante, je suis flamme, je suis Femme !

     

  • Si Reine je suis, Cécile

    Si Reine je suis

     

    Je suis la sirène des mers profondes, plongeant dans le cœur du monde que l’eau inonde.

    Je suis belle, rebelle de Poséidon,

    La déesse à la queue longue, emportée par les flots bleus aux reflets argent de mes yeux.

    Je suis l’ondulante douceur, fluide amie, je glisse et luis.

    Je déclenche des Tsunamis sur les rives des gris pays.

    Dessous la vague, j’apparais,

    Écailles bleutées, déesse fluide.

    Je surfe sur les embruns.

    Je porte mes vagues à lame de fond, je les écrase sur la plage.

    De mouse blanche et abondante,

    Les larmes de mon tréfonds se brisent au rivage.

    Je suis sirène patiente,

    De mon isolement,

    Je fais danser l’océan,

    Bouger les fonds ;

    Je perturbe les voiliers sages, je fais voguer de grands voyages…

     

    Moi, en eaux troubles, sereine, je nage….

     

  • Si Reine je suis, Cécile

    Si Reine je suis

     

    Je suis la sirène des mers profondes, plongeant dans le cœur du monde que l’eau inonde.

    Je suis belle, rebelle de Poséidon,

    La déesse à la queue longue, emportée par les flots bleus aux reflets argent de mes yeux.

    Je suis l’ondulante douceur, fluide amie, je glisse et luis.

    Je déclenche des Tsunamis sur les rives des gris pays.

    Dessous la vague, j’apparais,

    Écailles bleutées, déesse fluide.

    Je surfe sur les embruns.

    Je porte mes vagues à lame de fond, je les écrase sur la plage.

    De mouse blanche et abondante,

    Les larmes de mon tréfonds se brisent au rivage.

    Je suis sirène patiente,

    De mon isolement,

    Je fais danser l’océan,

    Bouger les fonds ;

    Je perturbe les voiliers sages, je fais voguer de grands voyages…

     

    Moi, en eaux troubles, sereine, je nage….

     

  • Je suis la fille des fourneaux, Josiane Perramant

    Je suis la fille des fourneaux devenue femme de conscience au service des sens,

    Je suis cuisine des couleurs, et des saveurs les plus élaborées,

    Je suis gastronomie médiévale ici et maintenant,

    Je suis arboulastre aux herbes,

    Je suis herbes frites et purée de racines,

    Je suis banquet et festin divin,

    Je suis tout cela…

    J'invente,

    Je cherche,

    Je puise dans mon histoire et celle de l'humanité les richesses sur lesquelles bâtir à nouveau,

    Je suis invention, du jamais vu, du non connu,

    J'élabore inlassablement des mets d'une finesse rare et d'une saveur gustative inégalée,

    Je suis l'encyclopédie de la cuisine de A à Z, finement et délicieusement intégrée,

    Car oui, je donne naissance et vie à un art subtil au service des sens...

    Je suis mes mains malaxant, touchant, caressant de son épiderme chaque légume, chaque fruit pour que de cette rencontre naisse une recette nouvelle, plus riche, plus colorée, plus vivante, plus mélodieuse …

    Je suis communion extra sensorielle, inspirations colorées, communication subtile,

    Je suis le bonheur des papilles, et de tous les sens,

    Je suis Rollinger et ses épices en provenance de pays choisis, sélectionnés pour les histoires qu'elles racontent,

    Je suis les mots racontés, contés, chantés, dansés,

    Je réinvente ma langue maternelle,

    Je suis ma parole vivante et libre …

  • Amples mouvances, Marie Milis

    Amples mouvances

    Je suis l'ample mouvance de tonnes de souplesse,

    Chant qui monte des abîmes et remplit l'espace,

    licatesse d'un flottement de cargo

    Qu'effleure le bouillonnement de bulles et gouttelettes.

     

    Chaque cellule de ma peau est un sonar

    Qui vibre au rythme de l'univers.

    Chaque neurone de mon cerveau

    Capte l'universel du tout en tous lieux et en tout temps.

     

    Ma pensée englobe le monde

    Et couve nos devenirs d'une attention infinie.

    Mère, je protège aussi bien mon petit que

    Toutes les espaces de notre boule bleue.

     

    J'écoute la musique des astres

    Et révèle la quintessence de la générosité

    Surabondante, nourricière et primitive.

     

     

     

     

  • Autolouange Marie Milis

    Je suis voyage au long cours en terre des origines.

    J’ai posé mon sextant vers le pôle primitif et toujours j’avance.

    Avec mon cœur pour boussole et ma plume en gouvernail

    Je brise les glaces des impossibles fatidiques et poursuis l’exploration de ma naissance.

     

    En chaque île où je me pose, je pérégrine la parole à chaque étape du chapelet de ma destinée.

    Du Nord au Sud et d’Est en Ouest j’apporte l’évidence de la dignité fondatrice.

    En moi tous les paysages : je suis terre volcanique fumante et défi glaciaire,

    Forêts denses et plaines côtières lascives. En mon sein trônent les dieux que j’honore.

     

    Si vaste en on amplitude, indolente, je me laisse explorer sans urgence.

    J’ai dormi plus de vingt siècles. Aujourd’hui j’ébroue mon sommeil et révèle

    Maa puissance. Avec moi, c’est toute l’humanité que je réveille dans un regard neuf.

    Je suis karcher des vieilleries enkylosées, dogmes périmés.

     

    Je rénove l’art du dire en vérité, sans artifice, en pure simplicité.

    Jamais fardée, nullement masquée, mon élégance est spontanée.

    Je suis espièglerie en costume d’apparat, école de vie au plus près de l’enfance.

    Voilée d’arc-en-ciel, j’adoube ceux qui me découvrent. Je suis fontaine de jouvence.