Ce que vous organisez en lien avec l'autolouange

  • Ateliers autolouange à Roubaix, Chantal Ngarambe

    Ateliers autolouange au  Lycée Jean Moulin de  Roubaix / France

     

    1/ Le lycée Jean Moulin

    Premier lycée de la métropole lilloise à expérimenter la démarche pédagogique de l’autolouange, le lycée Jean Moulin est parmi les établissements dont les résultats dépassent les attentes de  l’académie de Lille. L’équipe pédagogique est stable et hautement méritante, mais elle fait face à un défi de taille, celui d’accueillir des élèves dont les incivilités et la violence posent un vrai problème. Le début de l’année scolaire 2016/2017 est en effet marqué par des grèves du corps enseignant, excédé par ces comportements. La classe de seconde technologique à laquelle sont proposés les ateliers d’autolouange ne déroge pas à cette règle.

     

    2/ Choix de l’autolouange par le lycée Jean Moulin

    L’initiation à l’autolouange a été lancée dans la ville de Roubaix par Marie Milis sur invitation de l’association Chœur de Femmes qui en a fait la promotion dans cette ville, impressionnée par les résultats obtenus par Marie Milis dans les écoles de Belgique et au-delà. Mathématicienne et anthropologue belge, Marie Milis est aussi formatrice et enseignante. Elle a utilisé l’autolouange dans ses classes en Belgique auprès d’élèves qui, en retrouvant confiance en eux-mêmes, ont retrouvé aussi le goût des apprentissages, et dont le comportement général s’est amélioré.

     

    3/ Chœur de Femmes et le Lycée Jean Moulin

    C’est par l’intermédiaire de Chœur de Femmes que le Lycée Jean Moulin a fait appel à Marie Milis une première fois en 2016, pour des ateliers de découverte de l’autolouange et l’intérêt de ces ateliers pour le lycée fut avéré. Et quand en janvier 2017, le lycée Jean Moulin contacte de nouveau Chœur de Femmes, cette fois-ci l’association envoie 2 de ses membres formées entretemps par Marie Milis à l’animation de ces ateliers,  à savoir Adeline Flipo et moi-même, Chantal Ngarambe.

     

    4/ L’autolouange

    Technique millénaire, ancestrale et universelle, l’autolouange permet à chacun de recontacter sa propre vérité, de retrouver son énergie et une motivation puissante. Marie Milis la définit comme une parole amplifiée obligatoirement en « JE ». Elle a découvert l’autolouange par un de ses amis, Jean Kabuta, conférencier congolais qui lui a parlé de l’autolouange africaine. Et, après des recherches et des années de pratiques, elle l’a enrichie.

    C’est tel que bonifié par Marie Milis que nous avons présenté cet art de la relation. Il comprend en général 2 parties : une partie où, aidé de supports variés, on cherche à accueillir ce qui spontanément veut s’exprimer de soi, et où on le couche sur papier (ou pas) ;  et une autre où on proclame son texte devant un auditoire.

    Personnellement, j’ai grandi au Rwanda où l’autolouange est encore vivante et prend la forme d’IKIVUGO (auto-poésie) avec toujours la finalité de rehausser l’estime de la personne qui proclame ses hauts faits, devant une assemblée admirative. Cette auto-poésie est purement orale, ne concerne que les hommes et la proclamation se fait avec des pas de danse.

    C’est tout naturellement et avec un immense plaisir que je partage cet héritage culturel qui prend des formes variées selon le lieu où il s’exprime, mais dont l’efficacité est évidente partout.

     

    5/ Déroulement des ateliers au Lycée Jean Moulin.

    Animées par la volonté de rehausser l’estime des élèves pour eux-mêmes, de favoriser une cohésion dans la classe et une confiance entre les élèves et pour le corps enseignant,  Adeline Flipo et moi-même, nous sommes présentées au Lycée Jean Moulin au début de cette année. Notre intervention s’est déroulée sur 3 matinées : le 26/01, puis les 02 et 09 février 2017. Le choix d’espacer les ateliers d’une semaine laissait le temps aux élèves et aux membres de l’équipe pédagogique (participants aux ateliers en même temps que les élèves) de s’imprégner progressivement des bienfaits de cette méthodologie, et d’en ressentir les bénéfices.

    Nous avons insisté pour que les deux (élèves et équipe pédagogique) participent sur le même pied d’égalité, ce qui est inhabituel dans les classes. Nous voulions de cette façon créer des liens authentiques et de confiance entre les élèves et l’équipe pédagogique et poser des bases d’une meilleure coopération dans le futur. 

    Nous avons divisé la classe de 30 élèves (quand ils sont au complet) en deux : une partie commençait la partie écrite avec Adeline et une autre avec moi ; puis, au moment de proclamer les autolouanges, la classe était de nouveau réunie.

     

    6/ Ma démarche

    J’ai d’abord expliqué aux 13 personnes (9 élèves, 3 enseignants et la documentaliste) faisant partie de mon groupe que l’atelier auquel elles allaient participer ne donnait pas lieu à une notation, mais invitait chacun à être bienveillant envers soi-même et les autres. Je leur ai fait comprendre que quelle que soit la pauvreté ou la richesse de notre construction sociale, une source d’égale richesse jaillissait en chacun de nous, et c’est cette source qu’on sollicitait pour l’atelier. Après la première consigne, je me suis mise à écrire en même temps que tout le groupe, mais je prévoyais aussi du temps pour circuler et répondre aux questions.

    Le groupe a varié au cours des ateliers, ce qui m’obligeait à m’adapter en permanence et à répéter les attentes de cette intervention. La première proclamation a été une occasion de repréciser la consigne, et les séances suivantes ont permis de reformuler les textes avec amplification et de les faire valider chaque fois par la personne en lui demandant comment elle se sentait après une telle expérience. Quand une certaine fierté accompagnait la proclamation, je confirmai que c’était cette sensation qui est recherchée.  

     

    7/ Une seule consigne et des supports variés.

    La consigne est une : « écrire un texte en « je » avec amplification et sans mensonge ».

    Avec cette consigne, nous avons utilisé des supports variés pour amener les participants à s’exprimer. Que ce soit la liste des qualités des animaux, des collages à partir des magazines et revues, puis des peintures d´Adeline, ces supports ont donné lieu à des phrases et des textes que les participants ont proclamé avec plus ou moins d’emphase ou de retenue selon le cas, mais l’authenticité et l’émotion étaient au rendez vous. A titre d’exemple, je détaille le support  utilisé lors du dernier atelier du 09 février, qui a donné lieu à une expression riche, car il était question de l’autolouange  de l’autre :

     

    • faire circuler une feuille avec votre prénom pour que chaque membre du groupe y marque les qualités qu’il vous reconnaît,
    • vous mettre à 2 et donner la feuille à votre binôme,
    • récupérer sa feuille et lui poser des questions sur lui, puis répondre à ses questions sur vous,
    • les questions peuvent porter sur son nom de famille, les qualités des membres de sa famille dont il est fier, sa ville natale, sa région d ces ateliers continuent de ie´ágnants ayant bebeficiatale, sa region d´origine, ses passions, ses héros, etc.
    • écrire une autoulouange avec ces informations (40 minutes pour les échanges et l´écriture) toujours en « je » en amplifiant, et proclamer son texte en regardant son binôme devant toute la classe.

     

    Conclusion

    Partager la richesse de l’autolouange pour la première fois avec un groupe si imposant d´élèves, qui n’en avait jamais entendu parlé, fut un grand défi que je suis fière d’avoir relevé. L’évaluation à chaud était encourageante, mais il reste à savoir  ce que l’institution va faire de cette expérience.

    Il est prévu une évaluation d’ici quelques mois pour savoir si le groupe ayant bénéficié de ces ateliers en tire profit. Il était question que les enseignants ayant participé à ces ateliers continuent de les animer et de les valoriser auprès de ces élèves.

    Chantal Ngarambe 07/08/17

     

  • Autolouange Bruxelles

    Autolouange avec Marie Milis

    à BRUXELLES

     

    • Se reconnecter à son identité
    • Booster estime de soi et confiance en soi
    • Faire émerger son intuition et ses talents
    • Mieux se connaitre

     

    Technique millénaire, l'autolouange permet à chacun de recontacter sa propre vérité, de retrouver son énergie et une motivation puissante.

    Nul besoin de savoir écrire, il s'agit de retrouver son âme d'enfant et laisser les mots surgir. Le fil de soi se tisse, les peurs s'estompent, l'audace grandit.

    Vérifiez par vous-même l'impact merveilleux de l'autolouange dans votre vie.

    "Chaque existence est le centre du monde. Tout homme est, qu’il le sache ou non, le héros d’une épopée cosmique."        

    Christiane Singer

     

    1) Journée (re)découverte et de pratique

    Moi maintenant. Vivre intensément l'instant

    Tout public

    Samedi 23 avril de 10h à 18h

    La journée: 100 euros

    (23 avril et 24 avril : 230 euros)

    Bruxelles  (lieu à préciser)

     

     

    2) Journée art du coaching par l'autolouange

    Pré requis: avoir déjà pratiqué l'autolouange

     

    A partir d'une question personnelle, essentielle, Marie Milis nous aide

    tout d'abord par une maïeutique experte à cerner le cœur de notre question.

    Puis l'autolouange nous permet de trouver de nouvelles orientations,

    des pistes inattendues d'action en harmonie avec qui nous sommes.

     

    Vérifiez par vous même l'impact puissant de ce travail pour quitter les peurs

    ou les freins, aller de l'avant avec joie et s'aligner à soi-même.

     

    Dimanche 24 avril de 10h00 à 18h00

    Une journée 150 euros. Maximum 7 personnes

    (23 et 24 avril : 230 euros)

    Bruxelles (lieu à préciser)

     

    Renseignements complémentaires, inscriptions

    Léonard Appel

    Montagne de Saint-Job 76A

    1180 Bruxelles

    Tél. : 02 375 48 11

    Bibliographie Marie Milis

    • Souviens-toi de ta noblesse, Le Grand Souffle, Paris.
    • Exercices pratiques d'autolouange, Payot livre de poche, Paris.
    • Je donne des couleurs au monde, Memory Press, Tenneville.
    • A paraitre: Loué Soit Je, Le Grand Souffle, Paris.  

     

    Témoignage

    Pour moi l'autolouange c'est vraiment beaucoup plus que « booster l’estime de soi », c’est, a minima, le moyen (et peut-être l’un des seuls qui soient aussi directs et aussi radicaux) d’entendre, puis de comprendre qui est le « je » qui parle, quelle est sa force et sa légitimité totale.

    L’autolouange, c’est grandir, enfin.

    Je veux te redire encore ma gratitude et le renversement total qui s’est opéré pour moi dans la perception de « je suis ».

    Laure

     

  • Exposition à Liège : le tipi de l'autolouange

     

    Clair Obscur est fière de vous inviter à la 4ème édition de son exposition phare du printemps « Honneur aux Femmes ». Exposition multidisciplinaire conjuguée au féminin pluriel…

    Au programme cette année : une « Histoire de Pomme », ou comment devenir une poire en croquant une pomme. Une histoire racontée par 55 artistes !

    - Vernissage : le vendredi 19 avril à 18h.

    - Ouverture : Les vendredis de 18 à 21h et les samedis et dimanches de 14 à 20h

    - Entrée libre.

    - L’expo sera panachée par des dégustations de vins exceptionnels. 5€/personne pour 4 verres. Quatre vins à déguster avec accompagnements divers.

    - Défilé de mode : le samedi 27 avril à 17h. (sous réservation) PAF : 3€ * Présentation de collections de bijoux : BeBa (crochet et tricot), ODAWO (argent) et Nicole Pirard – Latelierperles (perles) * Défilé de vêtements : Ara Vandora (robes de soirées, cérémonies et vêtements de ville), Giulia Mars (robes, chapeaux et accessoires de mode) * Les mannequins seront, en partie, habillés par la boutique Sarah Konde

    - Soirée poético-musicale: le samedi 4 mai à 19h. Organisée en collaboration avec le Théâtre de l’Étuve. (sous réservation) PAF : 3€ * Poèmes au féminin déclamés par le Théâtre de l’Étuve, Marie-Jeanne Cara (de TV Wallonie), Fatima Bensif et Michèle Hendrix (

    professeur d'expression orale à la HEPL, formée aux arts de la parole.). *Claude Hardenne, Marc Trassart, Tanagra.be *Le groupe « Calme Oublié » ponctuera cette soirée de douce musique intimiste et de poésie chantée.

    - Souper de clôture avec artistes et public : le dimanche 5 mai. Prix : 20€, trois services, boissons non-comprises (sous réservation) * Un menu clair-obscur, réunissant tous les parfums de l’orient.

    Parking gratuit (Collège Saint-Servais, 104 rue Saint-Gilles) jusque 23h.

    Bar et petite restauration sur place.

    Plus de détails sur : www.clairobscur.be

    Infos et réservations: 0485/42.45.29 et info@clairobscur.be

  • Expo au Musée d'Art Spontané

     

    Le Musée d’Art Spontané vous convie à l’exposition des

    Réalisations des élèves de troisième professionnelle de l'Institut Paul Henri Spaak

    Cher visiteur,

    Il nous a semblé utile d'expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd'hui au Musée d'Art Spontané.

    Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux. Quel est le lien entre les travaux d'artistes et les leurs?

    La réalisation de cette exposition est née d'une superposition d'idées.

    Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d'Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en oeuvre à travers un dessin. Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

    Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n'avaient pas nécessairement plus de formation qu'eux, est venue l'idée qu'ils puissent, eux aussi, présenter leurs 'oeuvres'. Vivre carrément l'expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action.

    Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l'impact qu'ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu'ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d'art spontané en était une belle illustration.

    Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres et d'une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l'autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d'eux-mêmes avec son cortège de tactiques d'évitement, d'absentéisme et de violence. Elle en concluait qu'il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

    Pour faciliter le travail d'écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu'après l'investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l'atelier d'autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

    Marie Milis a offert l'arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l'école.

    Une telle expérience permet de se vivre 'capable' et créateur. Nous avons été étonnés de la force de certains dessins, de la richesse des couleurs entre autres. Nous sortons par ce genre d'exercice de l'angle de vue classique et l'expression prend une autre forme, ouvrant de nouvelles possibilités de rencontre et de découverte de l'autre.

    Cette exposition est pour nous l'occasion de mettre en valeur la grande richesse de tous les intervenants. Nous avons rencontré nos élèves de façon très différente à travers leurs dessins et leurs exercices d'écriture. Ils ont été soutenus et accueillis par des gens sensibles à la noblesse du coeur. Il en résulte une expérience aux couleurs vives et aux mots enchantés qui continuent de vibrer.

    Nos partenaires: le Musée d'Art Spontané, Marie Milis, notre direction à l'Institut Paul Henri Spaak qui offre un soutien sans faille à nos idées, l'asbl Bravvo, les parents et enseignants, tous ceux qui nous ont aidés et bien entendu: nos élèves.

    Merci à tous. Belle découverte.

    Claire, Vincent, Nathalie

    Vernissage vendredi

    22 février à 11h30

    Musée d’Art Spontané du 22/02/13 au 02/03/13

    27 rue de la Constitution du mardi au samedi

    1030 Schaerbeek de 13 à 17heures

    Bus 65, 66 – Trams 25, 92, 94 arrêt Robiano Matinées sur réservation

    Courriel info@musee-art-spontane.be Téléphone Fax 32 2 426 84 04

    Avec le soutien de

  • Expo au Musée d'Art Spontané

     

    Le Musée d’Art Spontané vous convie à l’exposition des

     

    Réalisations des élèves de troisième professionnelle de l'Institut Paul Henri Spaak

     

    Cher visiteur,

     

    Il nous a semblé utile d'expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd'hui au Musée d'Art Spontané.

     

    Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux. Quel est le lien entre les travaux d'artistes et les leurs?

     

    La réalisation de cette exposition est née d'une superposition d'idées.

     

    Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d'Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en oeuvre à travers un dessin. Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

     

    Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n'avaient pas nécessairement plus de formation qu'eux, est venue l'idée qu'ils puissent, eux aussi, présenter leurs 'oeuvres'. Vivre carrément l'expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action.

     

    Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l'impact qu'ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu'ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d'art spontané en était une belle illustration.

     

    Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres et d'une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l'autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d'eux-mêmes avec son cortège de tactiques d'évitement, d'absentéisme et de violence. Elle en concluait qu'il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

     

    Pour faciliter le travail d'écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu'après l'investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l'atelier d'autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

     

    Marie Milis a offert l'arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l'école.

     

    Une telle expérience permet de se vivre 'capable' et créateur. Nous avons été étonnés de la force de certains dessins, de la richesse des couleurs entre autres. Nous sortons par ce genre d'exercice de l'angle de vue classique et l'expression prend une autre forme, ouvrant de nouvelles possibilités de rencontre et de découverte de l'autre.

     

    Cette exposition est pour nous l'occasion de mettre en valeur la grande richesse de tous les intervenants. Nous avons rencontré nos élèves de façon très différente à travers leurs dessins et leurs exercices d'écriture. Ils ont été soutenus et accueillis par des gens sensibles à la noblesse du coeur. Il en résulte une expérience aux couleurs vives et aux mots enchantés qui continuent de vibrer.

     

    Nos partenaires: le Musée d'Art Spontané, Marie Milis, notre direction à l'Institut Paul Henri Spaak qui offre un soutien sans faille à nos idées, l'asbl Bravvo, les parents et enseignants, tous ceux qui nous ont aidés et bien entendu: nos élèves.

     

    Merci à tous. Belle découverte.

     

    Claire, Vincent, Nathalie

     

    Vernissage vendredi

     

    22 février à 11h30

     

    Musée d’Art Spontané du 22/02/13 au 02/03/13

     

    27 rue de la Constitution du mardi au samedi

     

    1030 Schaerbeek de 13 à 17heures

     

    Bus 65, 66 – Trams 25, 92, 94 arrêt Robiano Matinées sur réservation

     

    Courriel info@musee-art-spontane.be Téléphone Fax 32 2 426 84 04

     

    Avec le soutien de

     

  • Exposition au Musée d'Art Spontané, Bruxelles

     

    Aux élèves de 3P


    VOS ENFANTS EXPOSENT AU

     

    MUSEE D'ART SPONTANE

     

    Chers parents,

     

    Dans le cadre de notre projet de soutien et développement des classes de 3professionnelle, les élèves de 3e Travaux de Bureau ont récemment visité le Musée d'Art Spontané. Cette visite a été suivie d'un atelier d'écriture en autolouange, animé à l'école par Marie Milis, anciennement enseignante et actuellement auteure et formatrice.

     

     

     

    Aujourd'hui, après avoir parcouru le musée en tant que visiteurs, vos enfants vous présentent LEUR PROPRE exposition au Musée même. Leur comportement enthousiaste et les contacts sympathiques avec les responsables de l'endroit ont favorisé un accueil qui a dépassé nos attentes.

     

    En bref, ce vendredi 22 février 2013 à 11 h 30, nous vous invitons au vernissage de l'exposition de nos classes. Celle-ci se tiendra du 22 février au 2 mars 2013 - rue de la Constitution 27 à 1030 Bruxelles

     

     

    Votre présence est comme toujours importante à nos yeux. Nous vous invitons chaleureusement à venir découvrir les 'cadeaux' que nous avons reçus lors de ces travaux avec vos enfants.

     

    Marie Milis a donné forme à leur parole d'une façon aussi artistique que surprenante, ceci pour remercier d'avoir partagé une de nos journées à l'école. Un présent de plus …

     

    Merci de l'intérêt que vous pourrez témoigner

     

     

    A. De Meyer                                                                M. Clarys

     

    Directeur-adjoint                                                         Directrice

     

    NOS CLASSES DE 3P EXPOSENT

     

    AU MUSEE D'ART SPONTANE

     

    rue de la Constitution 27 – 1030 Bruxelles

     

    Vernissage ce vendredi 22 février à 11 h 30.

     

    Fin de l'exposition le samedi 2 mars.

     

     

    DANS LE CADRE DU PROJET 'EXPAIRS'

     

     

     

    Cher parent et visiteur,

     

     

     

    Il nous a semblé utile d'expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd'hui au Musée d'Art Spontané.
    Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux.
    Quel est le lien entre les travaux d'artistes et les leurs?

     

     

     

    La réalisation de cette exposition est née d'une superposition d'idées.

     

     

     

    Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d'Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en œuvre à travers un dessin.Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

     

     

     

    Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n'avaient pas nécessairement plus de formation qu'eux, est venue l'idée qu'ils puissent, eux aussi, présenter leurs 'œuvres'. Vivre carrément l'expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action. Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l'impact qu'ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu'ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d'art spontané en était une belle illustration.

     

     

     

    Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres (*) et d'une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l'autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d'eux-mêmes avec son cortège de tactiques d'évitement, d'absentéisme et de violence. Elle en concluait qu'il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

     

     

     

    Ngo Semzara Kabuta, linguiste et professeur à l'université de Gand présente l'art de l'autolouange comme un joyau de la sagesse africaine. Il s'agit d'écrire et de proclamer un portrait de soi, sans mensonge et sans modération. Une seule exigence; l'amplification.

     

     

     

    Pour faciliter le travail d'écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu'après l'investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l'atelier d'autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

     

     

     

    Marie Milis a offert et réalisé elle-même l'arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l'école.

     

    Une telle expérience permet de se vivre 'capables' et créateur. Nous avons été étonnés

     

     

    Il nous a semblé utile d'expliquer pourquoi nos élèves exposent aujourd'hui au Musée d'Art Spontané.
    Et pourquoi vous pouvez lire des phrases sur leurs travaux.
    Quel est le lien entre les travaux d'artistes et les leurs?

     

    La réalisation de cette exposition est née d'une superposition d'idées.

     

    Engagés dans un projet de revalorisation et de soutien aux classes de troisième et quatrième professionnelle, nous avons observé que les activités créatives avaient du succès avec nos classes. Le Musée d'Art Spontané permettait de se rendre compte que chacun dispose de ressources artistiques et invitait à les mettre en œuvre à travers un dessin.Nous avons donc entrepris sa visite avec nos élèves.

     

    Les réactions furent positives, ouvertes et très actives au niveau des productions. Comme nous leur expliquions que les artistes exposants n'avaient pas nécessairement plus de formation qu'eux, est venue l'idée qu'ils puissent, eux aussi, présenter leurs 'œuvres'. Vivre carrément l'expérience. Ainsi donc, nous dépassions les mots pour leur laisser expérimenter la portée de leur action. Pour nous, il est important que les jeunes comprennent l'impact qu'ils ont sur leur quotidien, sur leur environnement. Que les actes qu'ils posent ont une portée. La coopération avec le musée d'art spontané en était une belle illustration.

     

    Ces idées se sont entrecroisées avec celles de Marie Milis, enseignante, écrivain et accompagnatrice en autolouange. Après avoir rencontré Marie à travers la lecture de ses livres (*) et d'une formation, nous lui avons demandé de venir présenter l'autolouange à nos élèves et de les y initier. Elle avait travaillé avec des jeunes ayant appris la non-estime d'eux-mêmes avec son cortège de tactiques d'évitement, d'absentéisme et de violence. Elle en concluait qu'il était impossible de redonner goût aux apprentissages sans en passer par une revalorisation de la personne qui lui permette de renouer une relation vivante avec son propre talent. Ce en quoi nous la rejoignions absolument.

     

    Ngo Semzara Kabuta, linguiste et professeur à l'université de Gand présente l'art de l'autolouange comme un joyau de la sagesse africaine. Il s'agit d'écrire et de proclamer un portrait de soi, sans mensonge et sans modération. Une seule exigence; l'amplification.

     

    Pour faciliter le travail d'écriture en autolouange, on peut utiliser un support. Il a semblé évident qu'après l'investissement réalisé par les élèves au niveau des dessins, ceux-ci constitueraient un support de choix. Ainsi donc, les dessins ont servi de base à l'atelier d'autolouange qui a suivi notre visite au musée. Les phrases qui sont nées de cet atelier ont été mises en valeur au cours de bureautique, imprimées et collées sur les dessins.

     

    Marie Milis a offert et réalisé elle-même l'arbre composé des phrases des élèves en remerciement pour sa journée à l'école.

     

    Une telle expérience permet de se vivre 'capables' et créateur. Nous avons été étonnés de la force de certains dessins, de la richesse des couleurs entre autres. Nous sortons par ce genre d'exercice de l'angle de vue classique et l'expression prend une autre forme, ouvrant de nouvelles possibilités de rencontre et de découverte de l'autre.

     

    Cette exposition est pour nous l'occasion de mettre en valeur la grande richesse de tous les intervenants. Nous avons rencontré nos élèves de façon très différente à travers leurs dessins et leurs exercices d'écriture. Ils ont été soutenus et accueillis par des gens sensibles à la noblesse du cœur. Il en résulte une expérience aux couleurs vives et aux mots enchantés qui continuent de vibrer.

     

    Nos partenaires: le Musée d'Art Spontané, Marie Milis, notre direction à l'Institut Paul Henri Spaak qui offre un soutien sans faille à nos idées, l'asbl Bravvo, les parents et enseignants, tous ceux qui nous ont aidés et bien entendu: nos élèves.

     

    Merci à tous. Belle découverte.

     

    Claire, Vincent, Nathalie